Ascidies

Accueil Remonter

Les ascidies sont des animaux exclusivement marins de petite taille vivant fixés au substrat par un pied. On les appelle aussi tuniciers car leurs corps est recouvert d'un matériel cellulaire nommé tuniques.  Bien que très communes, elles sont souvent ignorées ou confondues avec des éponges par les plongeurs. Simples en apparence, c'est en fait des animaux très évolués. La larve des ascidies sorte de têtard de 2 à 3 mm de long possède une chorde dorsale nerveuse qui préfigure la colonne vertébrale des vertébrés. Cette caractéristique les fait classer dans les chordés au même titre que les mammifères, les reptiles, les oiseaux et les poissons. La larve évolue en pleine eau grâce à une queue mais ne possédant pas de bouche, elle s'installe rapidement sur un support pour se métamorphoser en adulte. La queue se résorbe alors et la chorde disparaît. Il existe une grande variété de formes et de couleurs mais en général, les ascidies ressemblent à des petits sacs avec deux orifices par lesquels l'eau circule. L'eau est aspirée par le siphon buccal ou inhalant, traverse les branchies qui retiennent oxygène et nourriture et est rejetée ensuite par le siphon exhalant ou cloacal. Les ascidies vivent en solitaire ou en colonies. Elles partagent dans ce cas un seul orifice exhalant.
Ascidie géante (Polycarpa spongiabilis) C'est la plus grande des ascidies de la Martinique. Lorsque l'animal est dérangé, les siphons se referment lentement. Cette caractéristique permet de les distinguer des éponges. A l'intérieur du siphon inhalant (à gauche), on peut observer une couronne de tentacules effilés servant à capter la nourriture.
Clavelline jaune (Clavelilina sp.) Ascidie de récif (Rhopalaea abdominalis) Ascidie noire (Phallusia nigra)
Ascidie encroûtante géométrique (Botryllus sp.) Synascidie jaune (Didemnum conchyliatum) Ascidie coloniale encroûtante (Polyandrocarpa tumida)
Ascidie encroûtante globulaire (Diplosoma glandulosum.)    
   
  Salpes (Salpa sp.)  
Retour Tableau Invertébrés