Eponges

Accueil Remonter

Les éponges sont les organismes cellulaires les plus rudimentaires mais elles ont réussi à coloniser les mers de la planète depuis des millions d'années. Elles n'ont ni organes, ni tissus différenciés (tissus musculaires, tissus nerveux). Chaque cellule qui compose une éponge possède un degré d'indépendance considérable et assure une fonction spécialisée (nutrition, fabrication du squelette,...) selon sa localisation.  La surface d'une éponge est perforée de nombreux pores inhalants, les ostioles. L'eau est aspirée à l'intérieur par ces pores à l'aide de flagelles. Lors du passage de l'eau la nourriture et l'oxygène sont retenus. L'eau ressort ensuite du corps de l'animal par de ouvertures exhalantes, les oscules. Faciles à reconnaître en tant que groupe, les différentes espèces d'éponges sont difficiles à identifier. En effet, une même espèce peut prendre une forme différente en fonction de sa localisation (profondeur, mouvement de courant,..) et peut varier de couleur selon la chimie de l'eau, l'éclairement, ... Malgré leur manque de mouvement apparent, ce sont bien des animaux qu'il faut éviter d'abîmer en s'y agrippant ou par des coups de palmes. 
L'éponge barrique géante (Xestospongia muta) peut atteindre plus de 2 mètres alors que d'autres éponges mesurent à peine 1 cm
Eponge barrique réticulée (Verongula gigantea) Certaines cellules sécrètent les spicules, petits morceaux de calcaire ou de silice qui vont constituer le squelette de l'éponge en rendant les tissus rigides.
Eponge corde (Aplysina fulva) Eponge vase rose (Niphates digitalis)
Nourriture et respiration : Quelles que soient leurs formes (vase, corde, encroûtante,...), les éponges ont toujours des pores inhalants (osties) et exhalants (oscules) par lesquels l'eau circule. Ces pores sont les orifices extérieurs de canaux qui sillonnent les parois et qui conduisent à des petites cavités tapissées de cils appelées corbeilles vibratiles. Les particules en suspension (plancton, bactéries, micro détritus,... ) y sont retenues et l'oxygène dissous. Un éponge peut ainsi filtrer jusqu'à 20 000 fois son volume en eau dans une journée. Ce sont donc des organismes filtreurs de première importance. Lorsque les sédiments présents dans l'eau sont trop nombreux, ils peuvent obstruer les pores et limiter la circulation de l'eau.
Reproduction : Comme tous les animaux, les éponges se reproduisent sexuellement par fécondation d'un gamète femelle par un gamète male. Les spermatozoïdes libérés par une éponge vont aller féconder les gamètes femelles d'une autres éponge. Une fois l'incubation de l'embryon réalisée dans ses tissus, celle ci libère  une larve qui se fixe au substrat et commence son développement. Les éponges sont hermaphrodites mais ne peuvent pas s'auto féconder car la production de gamètes males et femelles est décalée dans le temps. Elles peuvent également se reproduire par multiplication, soit par bourgeonnement soit par scissiparité. 
Moyens de défense : Pour repousser les prédateurs, les éponges sécrètent des molécules chimiques. De leur côté, les spicules rendent les tissus de l'animal rigides et peu digestes. C'est principalement les tortues imbriquées et les poissons anges qui se nourrissent d'éponge. 
Identification : Une éponge de la même espèce pourra prendre des formes et des couleurs différentes en fonction des conditions du milieu (luminosité, courants, chimie de l'eau,...). De ce fait, son identification est difficile. Seule une observation au microscope de la forme des spicules permettra de déterminer exactement son espèce. A ce jour, 70 espèces d'éponge ont été inventoriées sur les côtes de la Martinique. 
Eponge digitée verte (Iotrochota birotulata) Eponge tubulaire fluorescente (Callyspongia plicifera)

Eponge tubulaire jaune (Aplysina fistularis)

Attention : Certaines éponges peuvent causer, par contact,  de sévères démangeaisons, brûlures et engourdissements qui peuvent durer plusieurs jours. L'éponge Pa-touche est particulièrement dangereuse car des difficultés respiratoires peuvent survenir. On peut citer aussi l'éponge styx et l'éponge de feu.

Eponge Pa-touche (Neofibularia nolitangere) Eponge styx (Mymekioderma styx) Eponge de feu (Tedania ignis)
Eponge balle noire (Ircinia strobilina) Eponge balle orange (Cinachyra sp.) Eponge oreille d'éléphant (Agelas clathrodes)
Eponge encroûtante
Eponge perforante jaune (Siphonodictyon coralliphagum) Eponge perforante rouge (Cliona delitrix) Eponge orange givrée (Mycale laevis)
Retour Tableau Invertébrés