Sainte-Anne

Accueil Remonter

 La commune porterait ce nom en souvenir du Commandant de Sainte-Anne , tué par les Anglais en 1693 dans la défense des quelques maisons de ce qui n'était alors qu'un quartier éloigné de la paroisse du Marin. Dès 1728, les habitants demandent la création d'une paroisse indépendante, ce qui leur sera accordé en 1731. Situé en face de l'île anglaise de Sainte Lucie, Sainte Anne subit de nombreuses attaques. Le 13 janvier 1762, les 1200 hommes de la flotte anglaise de l'Amiral Rodney débarquent à Sainte Anne mais sont finalement repoussés après trois jours de combat par la défense du quartier pourtant dix fois moins importante en nombre. Les Anglais laissent 250 morts. Avant de mettre le cap sur les Anses d'Arlet, ils incendient de nombreuses habitations. Les soldats de sa gracieuse majesté devaient revenir en 1808 pour une nouvelle attaque repoussée cette fois par la garde nationale de Girardin de Mongérald. C'est en 1837 que Sainte Anne est érigée en commune. Elle s'étend sur 3400 hectares. Ses plages de sable blanc en ont fait le site le plus couru par les touristes. Il est vrai que le soleil y brille presque toute l'année et que les pluies y sont plus rares qu'ailleurs. On y trouve un grand nombre d'hôtels et de résidences de vacances ainsi que de bonnes tables.

L'église, reconstruite en 1824, en pierre de taille, à la suite du cyclone de 1817, possède une belle voûte en bois. Déjà trop petit en 1848, l'édifice est agrandi du côté du chevet. On y adjoint une abside et deux chapelles de part et d'autre. La façade est redessinée en 1860. Par arrêté du 12 novembre 1990, la façade et la toiture, à l'exception du clocher, sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. Au fronton de la mairie, le drapeau rouge, vert et noir, des indépendantistes, flotte au dessus du drapeau français depuis la décision du conseil municipal du 17 octobre 1995. L'association de ces trois couleurs symbolise la résistance à l'oppression coloniale. Ce drapeau, dans sa présentation actuelle a été conçu en 1968 par Guy Cabort Masson et Alex ferdinand.

La rue principale

La Pointe Marin est la plage du village. C'est une des plus réputée de la Martinique. Elle est idéale pour les jeunes enfants. Un terrain de camping y est aménagé. Le cimetière marin marque l'entrée du bourg face au Morne Calvaire. Il domine la mer et possède des tombes monumentales et des caveaux très travaillés. Il est le troisième cimetière à avoir existé à Sainte Anne. Le premier se situait à côté de l'église. Les traces d'un autre cimetière, probablement cimetière d'esclaves, ont été retrouvées près du débarcadère de l'habitation Val d'Or

A partir de Sainte-Anne, toutes les plages du sud, fidèles au cliché du rêve caraïbe, s'offrent aux visiteurs, Anse Caritan, Anse Meunier, Grande Anse des Salines, Cap Chevalier, Cap Ferré, Anse Trabaud, Anse Michel, Anse aux Bois. C'est aussi le point de départ de belles balades comme par exemple, l'ascension du Piton Crève-Cœur et la trace des Caps et la découverte de la Savane des Pétrifications.

Au large, la silhouette de Sainte-Lucie,  rappelle que selon les époques, la région connut flux et reflux de l'histoire. Attaques incessantes des Anglais pour la possession de la Martinique et à l'inverse, pendant la Deuxième Guerre mondiale, départs clandestins des Martiniquais au devant de ces mêmes Anglais, ralliant par Sainte-Lucie la France Libre.
Retour Carte de la Martinique

Balade de la trace des Caps

Sainte Lucie