Les quartiers de Fort de France

Accueil Remonter

Les Terres-Sainvilles : Autrefois appelées faubourg Thébaudière, ou quartier des Misérables, les Terres-Sainvilles étaient à l'origine marécageuses et insalubres. A la fin du XIXème siècle, des constructions apparaissent et le quartier commence à se développer. Après 1902, les rescapés de Saint-Pierre y sont recueillis. En 1920, la municipalité achète le domaine pour aménager un quartier ouvrier et artisanal. 

Aujourd'hui, ce quartier abrite des maisons en bois à l'architecture traditionnelle qui mériteraient d'être rénovées au titre de la protection du patrimoine foyalais

Le quartier populaire de Trenelle : Ces pentes au dessus de la ville faisaient partie de l'habitation de la famille Goursolas. Elles doivent leur nom à un officier français qui fut chargé d'y faire passer de l'eau de la rivière Madame jusqu'à l'hôpital militaire. Au lendemain de la guerre et jusque dans les années soixante, la municipalité de Fort de France y a laissé s'installer de façon anarchique des occupants sans titre qui affluaient des campagnes en pleine crise agricole. La population de Fort-de-France est ainsi passée de 66 006 habitants en 1946 à 96943 en 1967.
Didier : ouverte sous le Second Empire, pour faciliter l'approvisionnement en eau de la ville, la route de Didier a vu se développer le quartier le plus huppé de Fort de France. De vieilles villas coloniales telles la villa Chanteclerc et la villa Primerose rivalisent de beauté