Fonds Saint-Jacques

Accueil Remonter

En 1659, en remerciement des services rendus lors de la guerre contre les Caraïbes, la veuve de l'ancien gouverneur Jacques Du Parquet fit don, aux pères dominicains, dirigés par le Père Boulogne, des terres du Fond-Saint-Jacques afin d'y bâtir "un couvent, une église et une sucrerie". En 1694, quand le père Labat débarqua à la Martinique et visita le couvent, l'exploitation du domaine laissait à désirer. Il en prit les rênes en 1696 et l'entreprise de Fond-Saint-Jacques connut une grande prospérité jusqu'à la Révolution, époque à laquelle elle fut confisquée aux moines.  En 1968, l'ensemble fut restauré par l'université de Montréal en accord avec le Conseil général et la Préfecture. Situé sur le passage du Cyclone David en 1979, le monastère a été partiellement détruit et a demandé une nouvelle restauration. Aujourd'hui, le monastère est devenu un centre culturel qui accueille des spectacles, des concerts et des expositions.
Vue aérienne du domaine de Fond-Saint-Jacques La chapelle à l'origine en bois
Au dessus de la porte de la chapelle, sur le linteau,  une coquille Saint-Jacques, symbole de l'apôtre et hommage à Jacques Du Parquet 
Comment s'y rendre : A la sortie de Sainte-Marie, Route N1 puis D2.Visite du lundi au samedi 9H 17H La purgerie, construite par le Père Labat servait à la décantation du sucre. Sur les linteaux en pierre de taille figurent les emblèmes des compagnons. Ici une croix basque
Les travaux archéologiques récents permettent de comprendre l'évolution de la production du rhum et du sucre depuis les premiers alambics jusqu'à la construction de l'usine.  Les cannes étaient broyées dans le moulin grâce à l'eau de la rivière Saint-Jacques.
Le Père Labat (1663-1738) : En 1694, l'énergique  dominicain Jean-Baptiste Labat débarqua à la Martinique et devint curé de Macouba. Il fut ensuite architecte de la maison des dominicains en Guadeloupe  avant revenir en Martinique et diriger le monastère-distillerie de Fond-saint-Jacques qui se trouvait dans un état délabré. C'est là qu'il améliora le procédé de fabrication du sucre et inventa un alambic en cuivre qui perfectionna les techniques de distillation selon une méthode cognaçaise. Il fit ainsi de l'habitation Fond-Saint-Jacques, le centre industriel le plus avancé de l'île. A la fois bâtisseur, inventeur et explorateur, il entreprit une série de voyages dans les Antilles et fit en 1722, le récit de ses aventures dans le Nouveau Voyage aux Isles d'Amérique, une chronique historique pleine de verve et d'humour qui fait référence aujourd'hui.
Retour carte Martinique