La Montagne Pelée

Accueil Remonter

La montagne Pelée est un volcan composite qui culmine à l'altitude de 1393 m. Son âge est estimé entre 400  000 et 500 000 ans. Un premier stade appelé "Paléo-Pelée", correspond à la construction du volcan primitif, véritable ossature du volcan actuel. Les laves massives ont formé le Mont Macouba (1250 m), le Mont Plumé (909 m), le Morne Calebasse (755 m) et le Morne Essentes (600 m). Le centre d'émission de ce volcan coïncidait avec le centre actuel. Puis c'est une longue période d'inactivité et d'érosion (100 000 ans). Les flancs sont fortement entaillés par des vallées encavées qui canalisent les écoulements du second stade. Le second stade ou "Néo-Pelée" débute il y a plus de 40 000 ans. Ce sont d'abord d'importants dépôts de nuées ardentes qui vont combler les vallées encaissées. Le flanc sud-ouest du volcan va se déstabiliser en glissant dans la mer des Caraïbes et le cône récent va s'édifier à l'intérieur de cette structure. L'activité volcanique reprend il y a 13 500 ans avec la phase récente où les éruptions à ponce ou à nuées ardentes alternent. Durant cette période, 25 éruptions magmatiques majeures ont été individualisées dont quatre au cours de la période historique. : deux éruptions phréatiques (réchauffement et vaporisation brutale de l'eau) en 1792 et 1851 et deux éruptions magmatiques de type péléen en 1902-1904 et 1929-1932.

1- Effondrement du volcan primitif (Paléo-pelée) et effondrement de la caldeira du morne Macouba 2- Déstabilisation du flanc sud-ouest et formation d'une caldeira (6kmx 2,5 km)
3- Édification du cône récent de la Montagne Pelée 4- Formation de la caldeira de l'étang sec à la suite d'une grande éruption ponceuse
5- Éruption de 1902 : mise en place du cône et de l'aiguille sommitale. Émission de nuées ardentes 6 - Éruption de 1929 avec émission de nuées ardentes et mise en place d'un deuxième dôme. 
La Montagne Pelée fait l'objet d'une étroite surveillance depuis le Morne des Cadets.
L'ascension de la Montagne Pelée : Tôt le matin, des communes de Morne-Rouge, Ajoupa-Bouillon, Grand-Rivière, Le Précheur, Macouba, on peut partir à l'assaut de la Montagne Pelée. Quatre sentiers balisés la desservent. De niveau 2 et 3, ils nécessitent une bonne forme physique. Par temps de grande pluviosité, les sols fragilisés deviennent dangereux.
L'accès par l'Aileron (n° 23) est le plus direct et le plus pratiqué, mais non le plus aisé. Ce côté du volcan subit les assauts du vent et de l'eau en quasi permanence. Le cheminement est tortueux, raviné bien que le parcours ait été entièrement stabilisé. Les précipitations peuvent atteindre jusqu'à 10 mètres d'eau par an. Outre celui de gravir un volcan mondialement connu, l'intérêt réside essentiellement dans les points de vue sur toute l'île. Longueur : 2,5 km/durée : 2h/niveau 2  Comment s'y rendre : 2 km après la sortie du Morne-Rouge, vers Ajoupa-Bouillon, prendre la route de l'Aileron jusqu'au parking du 1er  refuge (822 m). Ce premier parcours aboutit au 2ème refuge (1250 m) en bordure de la Caldeira. Le circuit de la Caldeira passe par le dôme de 1902 (400 m d'escalade pour arriver au 2ème refuge) sur la crête nord du cratère, et rejoint à nouveau le 2ème refuge. Durée 2h30 Niveau 3

 

Le Chinois est un parcours de 500 m entre le dôme de 1902 (3ème refuge) et le dôme de 1929. C'est un cheminement d'une demi heure, niveau 2 dans des enrochements, notamment un passage sur des plates-formes fissurées issues de l'effondrement d'une aiguille de lave. Ne quittez pas le circuit balisé car les failles sont nombreuses..

Cliquez ici pour une ascension de la Pelée par l'Aileron 

L'accès par Grande Savane (n°19) est une randonnée accessible à tout public capable de randonner en moyenne montagne. L'accès balisé par la Grande Savane est le seul de la Côte Caraïbe. Cette côte "sous le vent" est abritée de l'alizé atlantique par la Pelée et est donc moins arrosée que la côte "au vent". Le sentier ne présente pas de difficulté majeure. Par contre, le soleil peut rendre la montée particulièrement pénible en raison d'une absence totale d'ombre tout au long du parcours.
L'effet de Fœhn :  Il est frappant de constater le contraste qui existe entre la face au vent (est) et sous le vent (ouest) de la Montagne Pelée. C'est l'effet de Fœhn. Ce phénomène est observable depuis St Pierre d'où le côté ouest de la Pelée apparaît le plus souvent dégagé alors que le côté est est presque toujours ennuagé.
Lorsque l'alizé saturé d'humidité parvient au niveau d'un relief, il est contraint de s'élever. En s'élevant, il se refroidit, la température étant toujours inférieure en altitude. Le brusque refroidissement de l'air a pour effet de condenser l'humidité qu'il contient. Cette condensation peut prendre plusieurs formes : pluie si l'air est très humide ou brouillard s'il l'est moins. En franchissant le sommet, il est donc déchargé de la plus grande partie de son humidité. Il redescend alors au flanc sous le vent et par compression brusque se réchauffe rapidement. Il n'est pas rare de noter des écarts de température de plus de 10 degrés entre les deux flancs d'un relief
Retour carte Martinique
L'observatoire de la Montagne Pelée