Sentier pédestre de la Crabière

Accueil Remonter

Pour faire cette sympathique balade le long de la façade atlantique, il faut prendre la RN1 en direction du Lorrain. Après avoir passé le stade municipal,  le point de départ se situe, à droite, juste après le pont de la rivière Grande Anse. Le parcours n'est pas en boucle et deux solutions sont alors possibles : rebrousser chemin à l'embouchure de la Rivière Capot ou alors laisser un deuxième véhicule sur le parking de l'usine au pont de la Rivière Rouge, à 1 mn du départ.
C'est parti pour 2 bonnes heures de marche sans difficulté particulière. Après la traversée d'une savane, voilà le sentier pédestre balisé de rouge et de blanc. son nom viendrait des crabes qu'on venait y chasser autrefois. 
Le long du chemin, un bornage délimite la zone des 50 pas géométrique qui permettait aux navires du roi d'accoster à tout pont du littoral sans y trouver une propriété privée. De temps en temps, de belles pierres attirent l'attention : il s'agit de bombes volcaniques en pelure d'oignon. Une autre borne indique que le niveau de la mer peut monter très haut en certaines circonstances.
Le rocher Burgaux vu de la pointe du même nom Les gousses de hérissées de piquants de la canique grise (Caesalpinia bonduc) s'ouvrent pour laisser apparaître une à trois graines lisses. Elles servaient de billes aux enfants d'autrefois. Le nom vernaculaire est Kannik ou Zyé a chat
Les vestiges d'une activité sucrière passée jalonnent le parcours comme ici un viaduc permettant à la voie ferrée de franchir la ravine.

Un chemin de fer reliait autrefois les champs de cannes du secteur à l'usine à sucre du Vivé. Entre 1860 et 1890, 21 usines centrales furent créées en Martinique afin de concentrer en quelques lieux, la fabrication du sucre. Celle du Vivé a fait partie des 6 dernières usines installées. Elle fut implantée par Fernand Clerc sur l'Habitation Vivé en 1888 et utilisait l'eau de la Rivière Capot. Son réseau de voies ferrées s'étendait sur 5,750 km. 

Les ruines des entrepôts sont encore visibles en bord de mer à Trou chien. C'est de là que se faisait l'embarquement du sucre pour l'Europe.
La mer agitée obligeait les bateaux à rester au large. Il fallait alors transporter le sucre vers leurs cales à l'aide de canots tractés par des câbles et des treuils. 
Mini cheminées de fée, fruits de l'érosion. La canne à sucre a cédé sa place à la banane Pont sur la Rivière Rouge
La Rivière Rouge Poiriers pays, abricotiers bâtards, raisinniers sont les arbres les plus fréquemment rencontrés le long du sentier.

Embouchure de la Rivière Rouge

C'est à Fond Canal que la Rivière Capot rejoint la mer après un long parcours sinueux qui à débuté sur les pentes de la Montagne Pelée. Des bassins rappellent une tentative avortée d'élevage d'écrevisses.

L'aire de pique nique du Vivé permet de reprendre des forces pour la suite du parcours. Certains retourneront sur leurs pas et referont le chemin en sens inverse. D'autres rejoindront la RN1 en empruntant le chemin carrossable.
Retour carte Martinique