Fonds Saint Denis

Accueil Remonter

Le nom du bourg vient peut être de la dévotion que le curé du Carbet, l'infatigable abbé Jean Claude Goux, portait au premier Évêque de Paris qui évangélisa les Gaules au IIème siècle.  C'est en effet lui qui implanta un oratoire dans ce nouveau quartier né sur la route ouverte en 1835 pour relier Saint-Pierre à Trinité. Grandie en paroisse puis en commune par la loi du 24 mars 1888, Fonds Saint Denis est accessible par Saint-Pierre ou par la route de la Trace. Ce dernier accès qui traverse la forêt tropicale est souvent coupé par de fréquents éboulements. Les Denisiens au nombre d'un peu moins d'un millier, se font un honneur de fleurir leur commune qui a la réputation d'être la  plus fleurie de la Martinique. Essentiellement agricole, Fonds Saint Denis et ses 2428 hectares de superficie héberge pourtant un édifice de haute technologie : l'observatoire vulcanologique du morne des Cadets. Près de l'église, le visiteur trouvera sur son socle les restes du plus petit monument au morts de France. Enfin, le lieu est le point de départ de belles balades dans la forêt tropicale ainsi que de la randonnée sur le Canal de Beauregard ou canal des esclaves.   
La belle église de Fond Saint Denis avec de part et d'autres deux grottes de Lourdes
La place Jules Théodore Pain avec la stèle en l'honneur du maire et conseiller général de Fonds Saint Denis de 1945 à 1962 et la fontaine.
Vue du village Le dispensaire La mairie
La curiosité de Fonds Saint Denis est aujourd'hui mal en point puisqu'il n'en reste plus qu'un morceau de jambe. Après la grande guerre à l'instar de toutes les communes de France, les Denisiens voulurent honorer leurs héros tombés pour la Patrie en érigeant un monument aux morts. La commande fut passée auprès d'un sculpteur métropolitain qui fit parvenir une maquette avant de réaliser la statue en bronze. Pour des raisons de coût ou tout simplement jugeant que la maquette suffisait, cette dernière d'une hauteur ne dépassant pas 50 cm fut déposée sur le socle et servit de monument pendant plusieurs décennies. Le poilu, rescapé de Verdun n'a pourtant pas résisté au climat tropical et a été remplacé par un soldat aux traits plus locaux et à la taille plus classique.
La réputation de Fonds Saint Denis de commune la plus fleurie de la Martinique n'est pas usurpée.
Une préoccupation générale : garder la commune propre 
Anthurium Queue de chat Couronne de mariée
L'observatoire volcanologique Le canal des Esclaves Le saut Gendarme
Retour carte Martinique
L'Observatoire du Morne des Cadets
  Les monuments aux morts de la Martinique