Habitation Pécoul

Accueil Remonter

D'abord propriété de Claude Pocquet, le domaine transformé en sucrerie, fut après sa mort, vendu en 1722 par ses fils à Monsieur de Boisjourdain. Celui ci le confia au géreur Perez. En 1793, le gendre de Perez, Denis Pécoul, substitut du procureur du roi, en repris la gestion puis racheta la terre aux Boisjourdain. Son fils François Pécoul (1798-1858) s'associa avec le mulâtre Bisette pour les élections de 1849. Ils battirent l'abolitionniste français Victor Schoelcher et le mulâtre Pory-Papy. Le domaine est aujourd'hui propriété de Bernard Hayot.
Monument historique, la maison de maître, datée de 1760, s'inspire du style de la région bordelaise. Le bâtiment rectangulaire, sans véranda, est surmonté d'un étage de superficie plus réduite, harmonieusement raccordé au rez de chaussée. Les partie pleines des murs sont en pierre de taille importées d'Europe, matériau qui signait la noblesse d'une demeure. La façade opposée à l'entrée s'ouvre sur un terrain en pente douce comportant un plan d'eau. 
Le plan d'eau et les jardins ont été dessinés par Augusta Pécoul, à la fin du XIXème siècle, mère du vicomte d'Origny, lequel habitait Paris mais séjournait régulièrement en Martinique.
Canaux et aqueducs amenaient l'eau jusqu'à la roue hydraulique à aubes qui fournissait la force motrice nécessaire au broyage des cannes à sucre.
Comme de nombreuses exploitations agricoles de la région, l'habitation produit des bananes destinées à l'exportation. La mise en conteneurs est effectuée sur place après un nettoyage des fruits
Les ouvriers agricoles ont installé leurs famille sur le domaine dans l'ancienne "rue Cases nègres". Un verger donne à peu près tous les fruits tropicaux : oranges, citrons, papayes, ...
Pommier liane et ses fruits Avocat
C'est avec les graines du roucou que les indiens Caraïbes fabriquaient la coloration rouge dont ils s'enduisaient le corps. Prunes de Cythère et fruit à pain